Home

PB220406

Voir plus


English below

Mes recherches portent sur le concept de restitution de la mémoire, de fragmentation mentale et de subjectivité des souvenirs. J’expérimente la retranscription sensible des souvenirs tels qu’ils m’apparaissent, c’est à dire incomplets, flous, parfois détaillés, parfois déchirés, parfois distincts et parfois fuyants.

Il en résulte des images fragmentées aux frontières discontinues faisant écho dans l’expérience du spectateur qui est invité à s’approprier les images et naviguer entre ses propres souvenirs, créant ainsi une fiction personnelle inspirée de souvenirs réels.

Un dialogue est ainsi créé entre les images, qu’il s’agisse d’une association harmonieuse ou d’une confusion délibérée. Les souvenirs se mélangent et se superposent, ils permettent à l’imagination de prendre le dessus sur la réalité, de créer des strates qui se confondent et évoluent en permanence selon le point de vue adopté ainsi que l’intensité de la lumière naturelle.

L’image fixe se met alors en mouvement. Il s’agit d’une étude de la multiplicité des points de vue, d’une recherche formelle de construction avec l’image. La photographie est pensée comme une matière première entièrement modulable. Elle est omniprésente dans mon travail, mais elle est transformée à l’aide du dessin et de divers matériaux. La complémentarité des différents médiums permet une évolution constante au contact de nouvelles disciplines.

C’est notamment de cette idée qu’est née une collaboration avec la danseuse et chorégraphe italienne Valentina Moar, “Fragments” en décembre 2014 à Graz, en Autriche. La danse créant un lien entre les images, laissées à la libre interprétation de la chorégraphe, puis du spectateur dans un second temps. La mémoire est complexe, multiple, personnelle, sa représentation formelle est donc un défi permanent. Mes recherches portent toujours sur mon environnement physique au moment de la création. À travers le prisme de la mémoire, je porte mon attention sur les gens qui m’entourent ainsi que sur le milieu dans lequel ils évoluent.


English:

« In the framework of the St. Petersburg Art Residency the young French photographer Thomas Mocaer researches the specifics of spatial memory, trying to answer the question: how does our consciousness perceive and save the places where we have once been.
Photography and methods of photo mapping are used as the main tools. The artist discovers the spaces of the « Pushkinskaya-10″, observes its residents and visitors. The memories appear to be fragmental, the scale is randomly shifting. In the mind of the author an unconscious, intuitional selection of details and perspectives takes place. They become the martial for reproduction of primary spatial experiences.
The photo-installation by Thomas Mocaer in the 2,04 art gallery looks like a utopian map and a dream at the same time. It models certain space situations and lets the visitor experience the « Pushkinskaya-10″ from the artist’s point of view. »

Anastasia Patsey, Curator

Art-centre « Pushkinskaya-10″
191040, Russia, St. Petersburg,
Pushkinskaya street 10